Nicolas
Dhervillers

Si Nicolas Dhervillers s’est d’abord fait connaitre par sa pratique photographique, ses œuvres sur papier occupent aujourd’hui une position centrale : ses pastels, graphites, transferts photographiques sont autant de déclinaisons de paysages brumeux et évanescents puisés dans la peinture et la photographie du XIXe siècle, de Turner à Constable en passant par Ivan Aïvasovski. Ce jeu de citation, d’interprétation et d’appropriation lui permet de brouiller les limites entre dessin et photographie pour mieux expérimenter.

Diplômé d’un master en photographie et multimédia à l’université Paris 8, il se fait connaître du grand public en réalisant une commande pour le Centre Pompidou-Metz en 2009. En 2011, il est invité en Suisse pour une résidence de six mois à l’issue de laquelle le centre d’art La Ferme-Asile lui consacre une exposition personnelle. En 2012, il participe à « Mono », événement associé à la documenta 13 (Cassel). À cette occasion, le centre d’art Volklinger Hütte produit et expose sa série Behind the Future. En 2014, il est invité aux Pays-Bas au Gemeentemuseum Den Haag pour une exposition monographique. En 2015, il participe à la Ballarat International Foto Biennale en Australie et à la Triennale de photographie et d’architecture de Bruxelles. La même année, il réalise le projet Memory Drift, série de dessins et de peintures monumentales en rapport avec sa pratique de photographe, ainsi que sa série Remake en pastel fondée sur les détails de ciels empruntés à des photographies de tableaux de Maîtres.

En 2019, Nicolas Dhervillers a vu son travail exposé au musée des Beaux- Arts de Montréal (Canada) dans le cadre de l’exposition « États d’âmes, esprit des lieux : Photographies de la collection Lazare » mais également aux Grandes Serres de Pantin lors de la Nuit Blanche à l’occasion de l’exposition « Jardinons les possibles » (commissariat d’Isabelle de Maison Rouge et Ingrid Pux). En 2021, une exposition personnelle lui a été dédiée au CAC Passages de Troyes ainsi qu’un solo show dans la galerie Prouvost Hacker (Lille). Il a également exposé aux Beaux-Arts de Troye en regard avec les photo de Gustave Le Gray, de novembre 2021 à janvier 2022. En 2022, il sera exposé au centre d’art contemporain Le Mur (Moret-Loings-et-Orvanne) et nous lui dédierons une exposition monographique en fin d’année. 

Il est représenté par la School Gallery (Paris) et par la galerie Prouvost Hacker (Lille).

Collections : 

Daum Museum of Contemporary Art, Missouri ; Fonds Municipal d’Art Contemporain (FMAC) de la ville de Paris ; Centre Pompidou-Metz ; Bibliothèque Nationale de France, Paris ; Fonds de dotation Agnès B. ; fondation Delsemme, Belgique; Gemeente museum, Helmond ; Musée d’art et d’histoire, Valais ; collection du ministère des Affaires étrangères, Paris. 


Product added to wishlist