Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté
Arnaud Théval. Quand l'art se mêle de liberté

Quand l’art se mêle de liberté

Arnaud Théval
13,27 €
TTC

Arts visuels en prison

Récit de la journée d’étude au musée des Confluences à Lyon

L’enjeu de la mise en récit de la prison par le prisme de l’art ou des ateliers de pratique artistique en prison est double. D’abord parce que l’art est intrinsèquement, ou culturellement plutôt, un espace d’émancipation et de libération par la création de mots, de formes et d’attitudes, et qu’il a cette capacité inouïe de faire émerger depuis l’expérience du sensible des images nouvelles du monde, in-vues ou impensées. Ensuite parce qu’il produit des images alimentant notre imaginaire des espaces que nous vivons, que nous traversons ou que nous ignorons. En cela il détient une force : celle de nous déplacer.

Pas moins que les autres, les artistes sont de leur temps, ils sont traversés par les mêmes peurs, les mêmes fantasmes et les mêmes certitudes que les autres citoyens. En cela, la mise en récit qu’ils font de la prison est d’emblée un récit politique, pris malgré eux dans les attendus et les codes des cultures qui les animent et les commandent. Lors de cette journée d’étude, nous nous questionnons, à partir de travaux issus de rencontres en prison, sur la manière dont les artistes, les personnes détenues, les personnels pénitentiaires et les institutions culturelles peuvent conjuguer leurs grammaires si différentes.
Arnaud Théval, artiste

Avec les participations de :
Karim Kal, photographe, Julien Bernard, directeur au centre pénitentiaire de Villefranche-sur-Saône, Malika Mihoubi et Loïc Xavier, photographes, Matilde Brugni de Stimultania, Sandrine Lebrun, directrice de l’école municipale d’Art de Chambéry, Élodie Morel, médiatrice culturelle, musée des Beaux-Arts de Chambéry, Régis Gire, chargé de l’action culturelle, musée d’Art contemporain de Lyon, Laura Vigo, responsable des publics et du développement, musée des Beaux-Arts et d’Archéologie Joseph Déchelette à Roanne, Anne Verdier, artiste céramiste, Laureline Bucher, coordonnatrice culturelle du SPIP de Savoie. Dans le cadre de la journée d’étude « Quand l’art se mêle de liberté » au musée des Confluences à Lyon, co-organisée par la Direction régionale des affaires culturelles Auvergne-Rhône-Alpes, la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Lyon et le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes.

Nombre de pages
128
Dimensions
16,5 x 23 cm
Langue
français
Année de parution
2021
Reliure
broché
Graphisme
Nathalie Aubron et Juliette Bailly
ISBN
978-2-37372-137-9
  • Suivi personnalisé des commandes Suivi personnalisé des commandes
  • Expédition sur-mesure, assurée et suivie de vos œuvres Expédition sur-mesure, assurée et suivie de vos œuvres
  •  Devis et gestion de vos encadrements sur demande Devis et gestion de vos encadrements sur demande
Product added to wishlist