Jean-Jacques Lebel - 120 minutes dédiées au divin marquis, un happening de Jean-Jacques Lebel (1966), 2019

Jean-Jacques Lebel
3 791,47 €
TTC

120 minutes dédiées au Divin Marquis, un HAPPENING de Jean-Jacques Lebel est un portfolio qui regroupe différents documents d’archives du happening du même nom et ayant eu lieu sous l’impulsion de Jean-Jacques Lebel à Paris au printemps 1966.
Il est disponible en seulement neuf exemplaires.

Édition constituée de 9 exemplaires numérotés de 1 à 9 et signés par l’artiste, de 3 épreuves d’artiste numérotées de EA 1 à EA 3, ainsi que de 2 exemplaires hors commerce numérotés de HC 1 à HC 2.
Dans une boîte en toile grise avec marquage blanc réalisée par l’atelier Martial à Paris

● Une affiche originale de l’exposition de Jean-Jacques Lebel à la galerie Édouard Smith (Paris, 1965) 
● Une affiche originale du 3e festival de la Libre Expression (Paris, 1966) 
● Un feuillet ronéoté original « Le workshop de la Libre Expression » (1964) 
● Dix photographies du happening sur papier baryté 310 g (dont trois tirages de 32,5 × 50 cm , deux de 32,5 × 47,5 cm, deux de 32,5 × 44,5 cm, un de 32,5 × 42 cm, un de 32,5 × 25 cm et un de 32,5 × 21 cm) 
● Un fac-similé de la Déclaration du 27 avril 1966 
● Un exemplaire du journal du Mouvement du 22 mars, Le Pavé, imprimé en mai 1968 
● Un collage original et unique de Jean-Jacques Lebel (2019)



Parmi les dix photographies se trouvent des documents conservés par Jean-Jacques Lebel, tels que le synopsis manuscrit nécessaire à l’organisation 120 minutes ou encore des photographies de Manuel Bidermanas, Horace et François Massal, tous témoins et acteurs de ce happening. Ils faisaient partie des centaines de participants, plus ou moins anonymes, puisque Ben, Daniel Spoerri, Harry Shunk et János Kender, Ornette Coleman, Edgar Morin ou encore Daniel Pommereulle étaient aussi dans l’assistance. Cet ensemble photo- graphique retrace le déroulement du happening historique qui eut lieu au théâtre de la Chimère (9e arrondissement de Paris), dans l’immeuble où habitait André Breton, afin d’en dégager des moments forts. 

Un texte accompagne le portfolio et ses différents documents, et évoque les implications politiques du happening – du « délit » – du 4 avril 1966. 120 minutes dédiées au Divin Marquis est un hommage clair au Marquis de Sade et à son œuvre où « Sade devient le moyen de mettre à l’épreuve les limites de la censure1 ». 

Il est important de ne pas occulter le contenu de ce happening, véritable forme d’art-action connue principalement à travers son versant apolitique, le plus souvent américain. 120 minutes dédiées au Divin Marquis « pousse la signification politique des happenings à un point d’expression inégalé », ce qui lui vaut d’être caractérisé de « scandale ».

Lors du troisième festival de la Libre Expression, qui s’est tenu en avril 1966, Lebel a contribué, avec sa tribu d’artistes-activistes, à un happening intitulé 120 minutes dédiées au Divin Marquis au théâtre de la Chimère. Il a élargi les thèmes orgiaques et politiques explorés dans Déchirex. Le processus d’initiation, qui était au cœur du festi- val, a débuté dès l’entrée : les membres du public furent introduits par l’entrée des artistes, entre deux carcasses de viande saignante,
« comme à l’intérieur d’un vagin au cours d’un accouchement ».
Cette arrivée problématique les a conduits à un espace éclairé de lumières stroboscopiques, sonorisé de musique de jazz, et illustrés de photos d’images surréalistes, suscitées par l’ingestion de sucres im- bibés de LSD. Dans certains aspects de l’action improvisée, corps et politique furent confrontés. Ce happening a créé un espace autonome où les participants décidaient volontairement de leurs propres activités. Parmi les participants : Denise de Casabianca, la monteuse du
film de Jacques Rivette La Religieuse (victime de la censure en avril 1966), Cynthia, une transsexuelle prostituée travaillant à Pigalle qui assuma un rôle pivot en se sodomisant elle-même avec des légumes exhibant publiquement sa transsexualité. Cette mise à nu frontale et entière fit sensation. Le happening fut jugé obscène et la police l’interrompit 2. 

Le caractère subversif de cet événement fut prolongé par la Déclaration du 27 avril 1966, un document d’une exception- nelle importance du fait de ses signataires, parmi lesquels André Breton, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Michel Leiris. 

Ce portfolio réaffirme la place de Jean-Jacques Lebel et celle des 120 minutes dédiées au Divin Marquis dans l’histoire de l’art du XXe siècle. 

1. Hugo Daniel, « Formes du politique chez Jean-Jacques Lebel », dans Jean-Jacques Lebel, . Paris, Éditions Dilecta, Éditions du Centre Pompidou, 2018, p. 41.
2. Alyce Mahon, « Unbirth and Rebirth: The Festival of Free Expression, 1964-1976 » dans Jean-Jacques Lebel. Barricades, Cologne, Verlag der Buchhandlung Walther König, 2014.

Type d'œuvre
objet
œuvre sur papier
Encadrement
Non
Année
2019
Authenticité
Certificat
Signature
  • Suivi personnalisé des commandes Suivi personnalisé des commandes
  • Expédition sur-mesure, assurée et suivie de vos œuvres Expédition sur-mesure, assurée et suivie de vos œuvres
  •  Devis et gestion de vos encadrements sur demande Devis et gestion de vos encadrements sur demande
Product added to wishlist