Giulia
Andreani

Guilia Andreani, née en 1985 à Venise, peintre et chercheuse, est une figure de la peinture figurative contemporaine. Sa peinture est le résultat d’un protocole, un travail à la fois d’archive et d’histoire, qui redonne un souffle à la peinture historique. Hors des archives, grâce à une histoire qu’elle s’approprie, elle peint un nouveau récit. En exhumant des photographies, après un travail de recherches, Guilia Andreani construit ses œuvres, et interroge ainsi notre regard sur l’histoire passée et présente de l’Europe, sur l’histoire de l’art, et sur elle-même. Sa volonté est celle de la restitution d’une présence, humaine, constituée d’hommes et de femmes qui ont créé l’histoire. Ses toiles sont toutes exécutées en couleur monochrome, avec du gris de Payne. Ses peintures, par l’appropriation des documents qu’elle utilise comme modèle, prennent alors une dimension presque surréaliste par l’utilisation de l’aquarelle, qui fait de la photographie une peinture. Giuilia Andreani a été pensionnaire de la Villa Médicis, en 2017-2018, où elle a exposé en 2018 Les Correspondances.

Pour Dilecta, Giulia Andreani a conçu une édition de 12 exemplaires tous uniques, s’inspirant d’une photographie anonyme iconique de Frida Kahlo à l’âge de 12 ans prise en 1919.

Les Éditions Dilecta publient à l'automne 2019 la première monographie de l’artiste avec des textes de Julie Crenn, Amélie Lavin, Ludovic Delalande et Jean-Marie Gallais. 

Collections publiques: Musée national de l’histoire de l’immigration (MNHI), Paris ; Centre culturel régional Opderschmelz, Dudelange, Luxembourg ; FRAC Poitou-Charentes, Angoulême ; Bibliothèque nationale de France (BnF), Paris; Urdla, Centre international estampe et livre, Villeurbanne ; Collection départementale du Lot, Cahors.

Outre une exposition à Labanque de Béthune - (Embrasse la mariée / Brûle la sorcière) du 4 septembre au 27 octobre 2019, Giulia Andreani bénéficie d’une exposition à la galerie Max Hetzler («Art must hang») à Paris du 12 septembre au 19 octobre 2019, et d’une vaste exposition au musée des Beaux-Arts de Dole -«La Cattiva» - à voir jusqu’au 2 février 2020.

Giulia Andreani est représentée par la galerie Max Hetzler à Paris.

Product added to wishlist